Visiteur mal voyant ou non voyant
Photo d'un chien guide d'aveugle

Produits et saveurs du terroir

La Charente-Maritime dispose, en matière de gastronomie, de nombreux atouts dont certains font figure d’incontournables. Vous aurez sûrement l’occasion de découvrir et d’apprécier ces quelques excellents produits au gré de votre séjour dans notre département.
 

A  boire…

Les saveurs du Pineau des Charentes sauront à coup sûr vous séduire, au cours de l’apéritif ou en accompagnement de fruits de mer ou poissons. Avec les vins de Pays Charentais, c’est l’identité d’un terroir qui s’offre à vous. Enfin, les arômes savoureux du Cognac sauront enchanter votre palais.


Pineau

Vin de liqueur, élaboré à partir de jus de raisin. Sa zone de production, Appellation d’Origine Contrôlée, est limitée à la Charente-Maritime et à la Charente. Une fois les grappes pressurées, on ajoute au moût obtenu de l’eau-de-vie de Cognac d’un an d’âge et titrant au moins soixante degrés, ce qui a pour effet d’en interrompre la fermentation. Le vieillissement s’effectue en fûts de chêne.



Vins de Pays Charentais

Les vins blancs représentent plus de quatre vingt pourcent de la production ; secs, légers et parfumés, ils accompagnent voluptueusement poissons et fruits de mer. Les vins rosés, frais et fruités, associent habilement plaisir et élégance. Les vins rouges, fruités également, accompagnent à merveille les produits du terroir. Ils se boivent jeunes mais ne dévoileront vraiment toute leur richesse qu’après une certaine période de vieillissement.
 

Cognac

Produit de la double distillation de vins blancs du terroir, vieillis en fûts de chêne. L’aire de production couvre la Charente-Maritime, la Charente en grande partie, et déborde légèrement sur quelques communes de Dordogne et des Deux-Sèvres. Le territoire du vignoble dédié au cognac, qui par ailleurs est exporté dans plus de cent cinquante cinq pays dans le monde, atteint les quatre vingt mille hectares.


A  manger…

Les huîtres Marennes-Oléron et les moules de bouchot comptent parmi les produits phares issus de la mer. Dans les terres, on sait aussi préparer les cagouilles, cuisiner les mojhettes, et élaborer toute une gamme de produits laitiers délicieux. Quant à la fameuse pomme de terre primeur de l’île de Ré, elle laisse éclater en bouche ses saveurs authentiques. Le sel a aussi sa renommée, grâce à la culture de la fleur de sel, destinée à agrémenter les plats les plus fins.
 

Huîtres de Marennes-Oléron

Petites, moyennes, grosses, grasses, courtes ou longues, elles se dégustent toute l’année. La meilleure façon d’en apprécier le goût est de les manger nature, même si citron, pain et beurre s’accommodent très bien avec. L’huître est plus laiteuse l’été car le coquillage est alors en période de reproduction. Synonyme de tradition et de qualité, sa chair tendre, charnue et orangée sait toujours ravir les amateurs. L’exposition au soleil, entre deux marées, donne à sa coquille toute sa solidité.


Poissons et crustacés

La Charente-Maritime offre une large variété de poissons (bars, maigres, dorades , congres et raies, sardines, gardons, brèmes et ablettes, carpes, brochets, barbeaux et le sandre) et de crustacés (les crevettes, étrilles, tourteaux, crabes verts et écrevisses ). Les rivières calmes et profondes à l’intérieur, les côtes échancrées et leurs estuaires sont ainsi des lieux de pêche très appréciés.



Cagouilles

Les Charentais appellent cagouille ce que l'on nomme habituellement escargot. Le petit Gris, tel qu'on le trouve dans notre région, se bonifierait, dit-on, au contact de la terre imprégnée de Cognac. Il en tirerait son goût unique, tendre et parfumé.
 

Mojhettes

La mojhette est une variété de haricot nain blanc et bombé, à la peau fine et nacrée. Ce légume au goût particulier est cultivé dans les zones de marais dans la vallée de l’Arnoult, entre Rochefort et Marennes.
 

Le sel

La culture du sel assura la prospérité de la région jusqu’au dix XIXème siècle, concentrée sur les marais salants de l’île de Ré et du bassin de Marennes-Oléron. L’assèchement des marais et l’industrialisation marquèrent le déclin de cette activité, qui subsiste encore de nos jours de manière artisanale.